Partage de vie… Pré-éclampsie

Partage de vie… Pré-éclampsie

Aujourd’hui est un jour un peu spécial pour moi, je ne suis pas habitué à parler de ma vie ici, mais j’avais envie de vous en partager un petit bout aujourd’hui.

Il y a 2 ans naissait mon fils Téo. Jour qui aurait dû être le plus beau jour de ma vie, malheureusement, ça n’a pas été tout à fait le cas.

Par un « hasard fou » / une chance insolite (car je n’étais pas encore à 8 mois de grossesse) je sentais bien que quelque chose n’allait pas, c’était le jour de ma prise de sang mensuelle de contrôle. Le soir l’hôpital m’appelle et me dit que les résultats sont tellement énormes (dans le mauvais sens) qu’il y a sûrement une erreur du labo et donc qu’il faudrait venir vérifier que tout est normal.
En arrivant à l’hôpital on s’aperçoit que je suis en train de faire une pré-éclampsie.

C’est une maladie rare. Il s’agit d’une urgence vitale pour la mère et pour l’enfant à naître, le corps se met tout d’un coup à rejeter le fœtus, il le considère comme un corps étranger et va tout faire pour s’en débarrasser. Le seul moyen de guérir de cette maladie, c’est de sortir le bébé du ventre.

Ahuri par cette annonce je ne comprends absolument pas ce qui se passe.

C’est vrai qu’on aurait pu se rendre compte que quelque chose n’allait pas physiquement, car j’étais toute gonflée. Un ballon qui était prêt à s’envoler comme la tante Dursley dans Harry Potter !! 

Coup de massue je ne sortirai pas de l’hôpital sans avoir accouché c’est la seule solution pour que mon bébé et moi soyons en bonne santé.
Moi qui m’étais tellement préparée un accouchement physiologique sans péridurale, là c’est la totale : césarienne !!

Un petit peu buté, j’insiste auprès de l’équipe médicale pour que nous tentions un accouchement par voie basse résultats, l’éclampsie se déclenche et je suis prise de convulsions. Il n’y a plus de choix césarienne d’urgence, il est 3h du matin mon fils Téo nait.

Du fait de la césarienne j’ai les bras attachés en croix, je me sens ligoté, on pose mon bébé sur moi, je ne peux même pas le toucher car mains attacher. Et là, j’ai cette sensation que mon ventre se retourne. Je commence à vomir tout le monde s’en va avec mon bébé. Il ne reste plus que deux personnes dans le bloc qui s’occupent de moi, pendant qu’ils finissent de recoudre à ce moment-là j’ai cru mourir je me suis sentie tellement seule et impuissante que j’ai commencé à sombrer…

Heureusement Téo est né le jour de son entrée dans le 8e mois de grossesse et se porte bien, il n’y a donc pas besoin de soins spécifiques, et ne sera pas considéré comme préma. Il était prêt à naître il n’y a aucun doute le concernant !! 😊

Retour dans la chambre, j’avais une tension qui vacillait entre 16 et 19 le premier jour, une machine mesurait et bipait toutes les 5 minutes jours et nuits, pendant 3 jours.

J’étais complètement déconnectée et ce petit être qui avait tant besoin d’une maman présente. Pourtant je ne me sentais pas attaché à lui, je n’ai pas eu ce coup de foudre tant attendu et tant rêver.

Les jours sont passés, je me suis vu sombrer dans un océan de tristesse rien ne me faisait vibrer rien ne me rendais heureuse.

Je connaissais mon rôle de maman, je m’y étais préparé alors je l’ai joué du mieux possible.
L’entourage a également un rôle très important à tenir, d’un côté épaulé et de l’autre jugé, malheureusement dans ces phases de vies on accorde beaucoup plus d’importance aux gens qui nous desservent.

Mon fils était ma bouée de sauvetage de cet océan vide et noir que je traversais et je me suis tellement accroché à lui que je l’ai rendu pendant un long moment inaccessible pour beaucoup de proches.

S’en est suivi une longue traversée de vide, de tristesse, de solitude et de dépression, autrement appelé Nuit Noire de l’âme.

Aujourd’hui, je sais ce que c’est l’Amour véritable, c’est lui mon Amour, je ne pensais pas pouvoir aimer si fort et si intensément.
Mon fils, mon cadeau de la vie, je le remercie pour tout ce qu’il m’enseigne déjà du haut de ses 2 ans.

1% à 2 % des grossesses sont sujettes à la pré-éclampsie, les conséquences psychologiques sont réelles. Osez en parler, Osez-vous entouré, n’ayez pas honte de vous …

Je remercie du fond du cœur les personnes qui ont été là pour moi durant cette période, elles se reconnaîtront…

Laisser un commentaire