D’où je viens …

D’où je viens …

D’où je viens pour savoir où je vais et trouver ma légitimité…

Après des recherches et regroupement de différentes informations sur ma famille, j’ai enfin pu comprendre certaines choses que je vivais et me suis rendu compte que je descendais d’une lignée de « guérisseurs » du côté de ma mère.

Mon arrière-grand-mère était cartomancienne et possédait une grande connaissance des énergies, elle était pour son époque réputée pour lire l’avenir dans les cartes. Son fils, mon grand-oncle, très proche de ma famille était guérisseur et coupeur de feu. Il adorait partager son savoir jusqu’à une certaine limite, car c’est à toi de découvrir tous les secrets qui résident en toi.

Mon parrain passionné de naturopathie, de médecine naturelle en générale et d’astrologie a toujours été de bons conseils pour mes parents et pour les guider du mieux possible naturellement sur leurs voies de guérison. Avec le recul, je ne crois plus au hasard et qu’il soit mon parrain me montre là encore un signe pour me guider sur ma propre voie.

Sur un autre pan de ma famille, mon arrière grande tante voyait les auras et communiquait avec les mondes subtils. Prise pour une folle à l’époque elle n’a malheureusement jamais pu être vu pour qui elle était réellement, ni comprise pour l’étendue de ses capacités et talents.

Ma mère quand a elle m’a toujours fait baigner dans un monde de médecine douce et de médecine naturelle. La pharmacopée de la maison était déjà rempli d’argile, de charbon, de gemmothérapie, et de divers oligo-éléments. Elle m’a également imprégné de la présence du peuple Amérindiens qui l’a toujours fascinée et empli mon imaginaire de fées et d’autres créatures magiques en tout genre.

Enfant, j’avais beaucoup d’imagination. Je m’amusais à voir des formes dans les nuages. Et puis j’adorerais me raconter des histoires.
Je me souviens adolescente, je pratiquai une forme de télépathie, car en cours je savais exactement ce que mes professeurs allaient annoncés, d’ailleurs ça m’aura valu des désagréments lors des contrôles car j’étais persuadé de maîtriser les leçons (vu que c’était facile à l’oral).
Pour moi, c’était tellement naturel de terminer les phrases des personnes qui m’entouraient ou bien de savoir où ils voulaient aller dans leurs propos.
C’est seulement à l’âge adulte que je m’en suis rendu compte, je me connectais avec leurs pensées parfois, sans le vouloir. Et puis, il y a toujours eu ce poids de ressentir les émotions des autres, leurs stress, leurs boules dans le ventre ou leurs nœuds dans la gorge. Leurs maux de tête ou tensions intérieures, incapable de comprendre et de voir que ce flow d’émotions qui ne venait pas de moi, et que j’étais incapable de maîtriser, de distinguer, s’amplifiait à chaque nouvelle rencontre, chaque nouveau contact.

Il m’aura fallu beaucoup de travail sur moi, pour me permettre d’observer tout ça, et pour enfin me connecter à moi-même (bien que parfois encore j’ai beaucoup de mal à gérer).
Accepter et être consciente que oui, j’avais certaines capacités qui ne rentre pas vraiment dans les cases dictées et attendu par la société, mais que c’était ainsi.

La reliance avec mes ancêtres a été une étape cruciale, c’est celle qui m’a autorisé et qui m’a donné ma légitimité : A être qui je suis.

En acceptant de me reconnecter à mes racines, à mes ancêtres j’ai puiser une nouvelle force de vie, dans l’arbre de vie de ma famille, mon arbre de vie…

C’est pour ça que le symbole de l’arbre de vie est si important car malgré les casseroles de ses ancêtres ou encore les liens compliqués dans la famille, la connexion d’âme est puissante.

Elle permet d’être soutenue, entourée. Et surtout de puiser dans une force commune.
C’est comme un énorme puits creuser par la famille dans lequel chacun aurait mis son énergie, au profit de tous et que tous ceux qui ont ce code génétique peuvent y accéder.

Cependant, par rapport à mon histoire personnelle, il me manque la moitié de mon arbre et je n’ai aucune vérification possible sur les informations que je ressens, la route est encore longue…

Avec Amour et Partage, Charlotte

Laisser un commentaire